Fédération de Russie

Akhmednabi Akhmednabiev

Rédacteur en chef adjoint du journal indépendant Novoe Delo et correspondant du site d’information Kavkazsky Ouzel assassiné le 9 juillet 2013
J'interpelle le chef de l'État

Vladimir Poutine

Président de la Fédération de Russie

Akhmednabi Akhmednabiev

Depuis la fin de la Seconde guerre de Tchétchénie, le Caucase russe est officiellement en paix. Cela n’empêche pas qu’un journaliste y est tué chaque année en lien avec ses activités. Akhmednabi Akhmednabiev est de ceux-là. Le rédacteur en chef adjoint du journal indépendant Novoe Delo, également correspondant du site d’information Kavkazsky Ouzel, a été abattu le 9 juillet 2013 alors qu’il quittait son domicile à Semender (banlieue de Makhatchkala, la capitale du Daghestan).

Les signes avant-coureurs ne manquaient pas. En 2009, son nom figurait sur une liste de “personnes à abattre” circulant à Makhatchkala. Plusieurs journalistes indépendants, avocats et défenseurs des droits de l’Homme y étaient accusés de collusion avec les islamistes armés et menacés de mort pour “venger” l’assassinat de membres des forces de l’ordre. L’un de ces journalistes a effectivement été abattu en décembre 2011. Réputé pour ses reportages sur les violations des droits de l’Homme, la corruption et la persécution des minorités religieuses, Akhmednabi Akhmednabiev a reçu bien d’autres menaces. Le 11 janvier 2013, il échappait à une tentative d’assassinat : les quatre balles qui lui étaient destinées l’ont manqué de peu. Pourtant, cet incident n’a donné lieu à aucune mesure de protection. Le parquet ne l’a même pas qualifié de “tentative de meurtre”.

Reporters sans frontières a dénoncé à plusieurs reprises les manquements de l’enquête sur la mort du journaliste. Close au bout d’un an sans réelles avancées, elle n’a été rouverte que sous la pression internationale en septembre 2014, mais elle reste au point mort. Le 2 novembre dernier, 31 ONG, dont Reporters sans frontières, ont officiellement demandé au Comité fédéral d’enquête de prendre en main le dossier. Malgré plusieurs relances, ce courrier reste à ce jour sans réponse.

J'agis par Twitter

.@KremlinRussia_Eng Ne laissez pas les assassins d’Akhmednabi Akhmednabiev en liberté #FightImpunity http://fightimpunity.org via @RSF_RWB

J'agis par email

Votre email a bien été envoyé. Merci de votre participation !