Serbie
dada

Dada Vujasinović

journaliste retrouvée morte le 8 avril 1994
J'interpelle le chef de l'État
vucic

Aleksandar Vučić

Premier ministre de la République de Serbie

Dada Vujasinović

Le 8 avril 1994, la journaliste Radislava Dada Vujasinović est retrouvée morte au domicile de ses parents, à Belgrade. A 30 ans, cette journaliste expérimentée, qui a couvert le conflit en ex-Yougoslavie puis s’est spécialisée dans les enquêtes sur le crime organisé, la police, l’armée, les profiteurs de guerre, a été tuée à l’arme à feu. A la découverte du corps, la police conclut immédiatement à un suicide : Dada Vujasinović se serait infligée la mort avec un fusil de chasse. Sa famille conteste cette version, mettant en évidence les manquements des autorités en charge de l’enquête : preuves retrouvées sur le lieu du crime non analysées, suicide déclaré en l’absence du juge, voisins non auditionnés… Face à ces incohérences, les proches de Dada Vujasinović multiplient en vain les requêtes auprès de la justice et font conduire des expertises indépendantes.

En mai 2008, un rapport d’experts indépendants est formel : deux balles ont pénétré le corps de Dada Vujasinović, écartant encore un peu plus la thèse du suicide. L’enquête est relancée, mais l’administration serbe demeure incapable de faire la lumière sur la mort de la journaliste. En janvier 2013, le gouvernement serbe appuie la création d’une commission chargée d’enquêter sur trois meurtres de journalistes serbes, ceux de Dada Vujasinović, Slavko Ćuruvija et Milan Pantić. En décembre, une campagne lancée par l’OSCE, ‘Chronicle of threats’, suscite un vif débat au sein de l’opinion publique et fait pression sur les autorités serbes.

Aujourd’hui, la commission d’enquête créée par Veran Matić, directeur du média B92, a tenté de faire conduire de nouvelles expertises par un centre médico-légal basé à La Haye (Pays-Bas), mais a dû y renoncer par manque de moyens financiers non sans avoir tenté de solliciter l’aide de plusieurs pays.

S’il s’avère que Dada Vujasinović a bien été tuée, ses assassins jouissent toujours d’une intolérable impunité, plus de vingt ans après les faits.

J'agis par Twitter

.@avucic Je vous demande de soutenir la commission d’enquête sur l’affaire #FightImpunity http://fightimpunity.org via @RSF_RWB

J'agis par email

Votre email a bien été envoyé. Merci de votre participation !