Bahreïn
Nazeeha Saeed copy

Nazeeha Saeed

Correspondante pour la chaîne France 24 et pour Radio Monte Carlo Doualiya torturée le 22 mai 2011
J'interpelle le chef de l'État
Bahrein_HamadBinIsaAlKhalifa

Hamad ben Issa Al-Khalifa

Roi de Bahreïn

Nazeeha Saeed

Correspondante pour la chaîne France 24 et Radio Monte Carlo Doualiya, Nazeeha Saeed est l’une des nombreuses victimes de la politique répressive du régime à l’encontre des voix dissidentes lors du soulèvement populaire au Bahreïn. Le 22 mai 2011, cette jeune femme a été sévèrement battue, torturée et humiliée pendant plusieurs heures lors de sa convocation au poste de police de Rifa’a pour avoir participé à des manifestations pro-démocratiques en mars 2011. Elle a été libérée 13 heures plus tard, après avoir signé des papiers sans obtenir l’autorisation d’en lire le contenu. Elle représente aujourd’hui le premier cas de torture porté devant la justice du Royaume.

Capable d’identifier les cinq policiers qui l’ont maltraitée, Nazeeha Saeed a immédiatement porté plainte au ministère de l’Intérieur qui a promis de lancer une enquête. Voyant que sa demande n’aboutissait pas, elle a porté plainte en janvier 2012 contre les policiers pour torture avec l’aide de l’organisation Media Legal Defense Initiative (MLDI). La procédure judiciaire s’est révélée lente et épineuse avec des reports d’audience et des irrégularités et le procès ouvert dès février 2012 ne concerne qu’un seul officier de police. Au moment du verdict en octobre 2012, le policier en question fut acquitté, avant que la Cour d’appel de Manama confirme ce jugement en juin 2013. Le 27 octobre 2014, Nazeeha Saeed a été convoquée avec son avocat devant le procureur des enquêtes pour interrogatoire.

Le 17 novembre 2014, elle a dû identifier les policières qui l’avaient battue et torturée. Elle n’a pu reconnaître qu’une personne sur les trois présentées. Depuis, elle attend que la justice se décide à engager de réelles poursuites judiciaires contre les policiers qui l’ont malmenée au lieu de se contenter de quelques interrogatoires.

Déterminée à poursuivre son travail et mener son combat jusqu’au bout, Nazeeha Saeed se consacre aujourd’hui à dénoncer les violations de la liberté d’expression de la part du régime et à défendre la liberté de la presse indépendante au Bahreïn. Reporters sans frontières se mobilise fortement sur son cas en dénonçant la décision et le manque d’indépendance de la justice au Bahreïn.

J'agis par Twitter

.@moi_bahrain Je vous demande de réouvrir l’enquête sur l’agression de Nazeeha #FightImpunity http://fightimpunity.org via @RSF_RWB

J'agis par email

Votre email a bien été envoyé. Merci de votre participation !